Bien chanter, c’est prier deux fois – Schola Sainte Cécile –

Saint Augustin disait : « Qui bien chante, deux fois prie »

Un documentaire va voir le jour grâce au financement participatif et tous ceux qui se sentent concernés par le Beau, le Bien, le Vrai peuvent s’unir à ce projet en suivant le lien suivant : http://www.kisskissbankbank.com/d-une-seule-voix–3

Il reste deux semaines pour agir et donner corps au projet permettant ainsi de donner raison à Saint Augustin !

 

 

Documentaire D'une Seule Voix de la Schola Sainte Cécile

Schola Sainte Cécile - D'une seule voix

La Schola Sainte Cécile est un chœur parisien dédié à la musique liturgique. Il chante notamment chaque semaine à la paroisse Saint-Eugène – Sainte-Cécile à Paris, exécutant aussi bien des chants du répertoire grégorien que des œuvres polyphoniques.

Sous la direction du maître de chapelle Henri Adam de Villiers, la Schola compte aujourd’hui une quarantaine de membres, hommes et femmes de tous âges.

Henri Adam de Villiers - Schola Sainte Cécile

Le maître de chapelle Henri Adam de Villiers à la Schola Sainte Cécile

Reconnue pour la qualité de son travail, la Schola Sainte Cécile est régulièrement appelée à chanter au cours de cérémonies importantes, comme en octobre dernier pour une messe pontificale en la basilique Saint-Pierre de Rome.

Bien que mue par un désir d’excellence, la Schola se veut être un chœur amateur regroupant avant tout des personnes ayant pour désir de promouvoir la beauté de la musique liturgique et de vivre leur foi à travers le chant.

 

Origine du projet présenté par Loïc Lawin, porteur du projet

« Lorsqu’il y a un an et demi j’ai découvert la Schola Sainte Cécile, je fus profondément marqué par l’émotion qui se dégage de leur chant.

À travers ce projet, je souhaite remonter à l’origine de cette émotion.

Qu’éprouvent les membres de la Schola en chantant ? Sont-ils conscients de cette émotion qui émane de leur chant ? Que représente pour eux leur engagement dans la chorale ? Comment leur foi influe-t-elle sur leur chant ? Sont-ils davantage attirés par les aspects techniques ou esthétiques de la musique liturgique ?

Autant d’interrogations qui ont fait naître en moi le désir de réaliser ce film. » 

Interview de Henri-Adam de Villiers sur Radio Courtoisie en août 2014

Programme du tournage via Loïc Lawin

« La première étape de notre tournage nous conduira à Gênes où la Schola Sainte Cécile est invitée afin de chanter les vêpres à l’occasion de la fête du saint patron de la ville.

Ce périple nous permettra de saisir des moments de complicité et de convivialité entre les membres de la Schola, mettant ainsi en lumière la cohésion qui règne au sein du groupe.

Nous suivrons par la suite les membres de la Schola au cours de différents offices, ainsi que lors de leurs répétitions hebdomadaires, afin de témoigner de leur travail et de leur investissement au sein de la chorale.

Le film nous plongera dans la vie de la Schola Sainte Cécile, révélant des moments de recueillement personnel mais aussi d’échange entre ses membres. Nous chercherons à comprendre comment leur expérience personnelle et leur relation au cœur de la Schola permettent de créer cette communion qui se fait chant.

Nous recueillerons la parole des choristes tout au long du film, interrogeant l’importance de leur engagement dans la Schola au regard de leur foi. Nous verrons comment cette conviction intime se manifeste dans leur chant, tant sur le plan artistique que dans l’émotion qui s’en dégage.

Nous suivrons enfin le maître de chapelle dans son travail de recherche et de préparation, explorant sa passion pour le chant liturgique. »

D'une seule voix avec la Schola Sainte Cécile

D'une Seule Voix, unissons-nous à la Schola Sainte Cécile

 

Publié dans Art & Culture, Enseignement, Histoire, Musique, Patrimoine, Spiritualité | Marqué avec , , , , , , , , , , | Un commentaire

La France des talents en Europe par Solange Doumic

Solidarité – responsabilité – confiance : la devise de Nous Citoyens

Solange Doumic s'engage avec Nous Citoyens

Chers amis,

Le 25 mai 2014 (le 24 pour les Français de l’étranger je crois), nous voterons pour les Européennes.

Personnellement, je pense que nous vivons dans un pays qui possède des ressources exceptionnelles, et que les Français ont un potentiel de courage, de créativité, hors du commun. Or depuis quarante ans nous nous enfonçons dans une crise qui devient un marais.

Solange Doumic avec Denis Payre et Philippe de Roux - Nous Citoyens

Solange Doumic avec Denis Payre et Philippe de Roux - Nous Citoyens

Parce que je crois qu’il est possible de s’en sortir, j’ai décidé de soutenir le mouvement Nous Citoyens, fondé par Denis Payre.

Denis Payre a 51 ans, une femme, quatre enfants. A 27 ans, il a fondé Business Objects, coté au Nasdac, puis Croissance Plus. Il s’est trouvé confronté personnellement et en tant que dirigeant de ses entreprises aux lois qui aujourd’hui assassinent l’entreprenariat et l’emploi, et aux conséquences de ces lois contre lesquelles il a lutté avec succès.

Parce qu’il croit à la France et aux Français, il a lancé Nous Citoyens en octobre 2013 en réponse au « moi Président » de François Hollande lors du débat des présidentielles de 2012.

Nous Citoyens qui est un parti jeune, un mouvement neuf, se situe déjà après sept mois d’existence parmi les dix plus grands partis politiques français. Nous avons plus d’adhérents qu’Europe Ecologie les Verts. Nous avons été rejoints par Européens Solidaires et par l’Union des Mouvements Citoyens.

Profession de foi Nous Citoyens – Solange Doumic

Programme Nous Citoyens Européennes 2014

Nous Citoyens lettre LMPT EuropeForFamily 2014

Mais qu’apporte de plus Nous Citoyens ?

Chez Nous Citoyens, nous croyons qu’il ne suffit pas de changer les hommes qui nous dirigent, il faut changer le système en profondeur. Depuis quarante ans, la politique est la chose des politiciens, qui ont un plus ou moins grand talent pour la démagogie et pour l’apprentissage abstrait des notions nécessaires à leurs discours, mais jamais aucune connaissance du terrain. Qu’est-ce qu’une entreprise pour un homme de cinquante ans qui fait de la politique et accumule les mandats depuis la fin de ses études ? Qu’est-ce qu’une fin de mois difficile pour un député ?

Voici le site de Nous Citoyens http://www.nouscitoyens.fr/ pour ceux d’entre vous qui voudrait en savoir un peu plus.

Et puis 5 vidéos qui présentent l’orientation du mouvement, la 5ème étant plus humoristique.

http://youtu.be/uN30i1Oiwu0 

http://youtu.be/O3ViR0PXabc

http://youtu.be/7vUjYlZ57Ts

http://youtu.be/K2AVfLWxa-U

http://youtu.be/HNCp7jklD5E

Et puis voici ma page sur le site de Nous Citoyens :

http://idf.nouscitoyens.fr/solange-doumic

Parce que oui je me présente, que je suis numéro 9, et que je compte bien sur vous pour voter pour nous.
J’aime beaucoup les têtes de liste, Isabelle Bordry et Bernard Chenevez, qui sont à la fois compétents, sympathiques et modestes, mais mes amis rationnels vont me dire que c’est du sentimentalisme.

Le reste ne l’est pas.

Je vous le dis : votez Nous Citoyens, vous ferez le bon choix.

 

Bien sincèrement

 

Solange R. Doumic

 

Solange Doumic - Nous Citoyens

Solange Doumic - Nous Citoyens

Publié dans Entreprenariat, Environnement & Ecologie, Politique, Société | Marqué avec , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Souvenirs québécois de Camille-Antoine Donzel

Souvenirs de mon voyage à Montréal en 2010 – Du roller francophone au Barreau de Paris

Roller acrobatique par Camille-Antoine Donzel

Roller acrobatique par Camille-Antoine Donzel

Aussi étrange que cela puisse paraître, on parle français outre Atlantique. Avec un accent à couper au couteau, certes, mais français quand même. En effet, un « village d’irréductibles » Québécois défend bec et ongle la langue française. Curieux mélange entre la mentalité anglo-saxonne et la culture française, nombre de petits Français décident de s’exiler au Québec, et plus précisément à Montréal.

Sylvain Chaussée, un ami de longue date, en fait partie, et s’est expatrié à Montréal, où il a élu domicile. Etudiant en cinéma à l’Université de Concordia, celui-ci m’a proposé de le rejoindre pour trois semaines, afin de découvrir la vie de nos cousins québécois.

L’occasion faisant le larron, je décide ni une ni deux de répondre à l’appel du grand froid.

Une fois sur place, un constat s’impose très vite : Montréal est un lieu où il fait bon vivre, les gens y sont polis et bien élevés, le travail ne manque pas et les loyers sont abordables.

Niveau roller, tout pratiquant y trouve rapidement son compte : l’architecture « à l’américaine » offre un terrain de jeu énorme, et les skateparks, en plus d’être couverts et chauffés, y sont gigantesques. Plusieurs sessions s’organisent, entre le « TAZ » et le « Southpark ». Bien que rechignant habituellement à débourser 14 dollars pour une session, je m’exécute immédiatement, quand je découvre la qualité et la quantité d’infrastructures que proposent ces parks.

Forment alors le gros des troupes : Maxence Vallade, Sylvain Chaussée, Guillaume Latrompette et Thomas Camus et moi-même, ces deux derniers avant moi étant d’heureux expatriés. On rencontre également quelques « stars » locales, comme Kevin Lapierre, Matthieu Ledoux ou encore Nicky Adams, qui, nous l’avions tous en mémoire, avait remporté les X-Games en 1999, et empoché quelques milliers de dollars.

Une session s’organise sur le module composé de deux ledges et d’un handrail : top acid pour Sylvain Chaussée, back fastslide pour Maxence Vallade, fishbrain pour moi-même, j’en passe et des meilleurs.

Matthieu Ledoux, cascadeur et rollerblader professionnel, exploite le skatepark de manière plus qu’originale, enchaînant les stalls, handplants et autres prouesses dont tout skater normalement constitué n’aurait jamais eu l’idée.

Une fois la session terminée, chacun rejoint ses pénates, et le rendez-vous est fixé à 21 heures pour déguster une « poutine » locale. Pour ceux qui se demandent ce qu’est une poutine, il ne s’agit pas d’un plan en l’honneur de l’oligarque russe, mais d’un mets d’origine québécoise constituée de frites et de fromage en grains (cheddar frais) que l’on recouvre généralement d’une sauce brune.

Peu recommandé par les diététiciens, il s’avère être une arme parfaite pour lutter contre le froid. A consommer avec modération toutefois…

Mon séjour à Montréal s’achève…Roissy Charles de Gaulle, même langue, mais on me pousse, et on me grille la priorité…pas de doute, je suis de retour en France…

La tête pleine de souvenirs, j’allais démarré ma formation professionnelle à Rennes avant d’obtenir mon CAPA et de m’inscrire au Barreau de Paris pour de nouvelles aventures !

La roller attitude de Camille-Antoine Donzel

La roller attitude de Camille-Antoine Donzel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Camille-Antoine Donzel

L'avocat attitude de Maître Donzel

L'avocat attitude de Maître Donzel

Publié dans Justice | Marqué avec , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire